Accueil

Le nom « Ethnographic » renvoie bien évidemment à la démarche ethnographique.

Il s’agit de mettre en avant la pertinence de l’approche ethnographique à la fois comme mode de connaissance mais aussi comme mode d’action. L’un ne peut aller sans l’autre, à l’image de la recherche-action ou de l’observation participante.

Ma démarche repose sur trois temps auxquels renvoient les trois verbes : Observer – Comprendre – Accompagner. Trois verbes, trois actions, trois temps qui s’entrecroisent sans nécessairement suivre à tout prix un cheminement linéaire.

Aujourd’hui, je constate trop souvent le report de l’action. Parfois, c’est bien pendant l’action que nous sommes à même de réinterroger les finalités ou les modalité d’un projet. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’occulter la réflexion ou le temps du diagnostic mais de rééquilibrer ces différents temps. En effet, la réflexion ne doit pas nous éloigner de l’action, l’une et l’autre doivent s’articuler, s’enrichir.

OBSERVER : Le temps de l’observation, de l’immersion pour connaître de l’intérieur, pour être au plus près des personnes, pour appréhender les situations et les réalités sous un autre angle. Pour porter un autre regard et ainsi questionner les fausses évidences.

COMPRENDRE : Comprendre, ce n’est pas vouloir expliquer à tout prix. Il s’agit de réintroduire de la complexité dans notre approche du réel, de faire appel à des éléments empiriques et à des éclairages théoriques. De tendre vers une compréhension des réalités sociales et des situations vécues.

ACCOMPAGNER : L’objectif de la démarche est la mise en mouvement ainsi que le « faire ensemble ». Accompagner l’action, accompagner les porteurs de l’action, faire le chemin ensemble, être dans une démarche interactive fondée sur la confiance et l’implication.

Au cours des expériences qui ont jalonné mon parcours, l’articulation théorie et pratique s’est imposée à moi. Aujourd’hui, elle est fondamentale et constitue un impératif. En effet, à quoi bon disserter à l’infini, si aucune finalité n’est recherchée, si aucune action n’est entreprise.

Au fil du temps, j’ai acquis la conviction que les sciences humaines en général, la sociologie et l’anthropologie en particulier, avaient un rôle clef dans la transformation de nos sociétés contemporaines.

Laisser un commentaire